C'était finalement très sympa ce passage dans l'émission Grand Place hier soir. On y est bien reçu, tout est fait pour nous mettre à l'aise. Xavier m'avait dit "Tu vas voir, ça va vite !". Pour avoir souvent mené des interviews pour des films institutionnels, je sais qu'il faut y aller à l'économie de mot, jamais l'adage "Le temps c'est de l'argent" n'a été aussi vrai. Il faut voir le conducteur de l'émission, affiché dans la loge maquillage : tout y est prévu à la seconde prêt ! Les envois, les jingles, les pubs, ... Sur un institutionnel on peut couper et donner du rythme au montage, ici nous sommes en direct il faut donc y aller (je me répète) à l'économie de mots, sinon les animateurs ne font pas de cadeau et ils embrayent direct sur une autre question. C'est la règle du jeu. Derrière le plateau, en régie, le réalisateur est en contact constant avec l'animateur (via une oreillette invisible) pour lui donner les dernières information, le faire éventuellement accélérer...

Il avait raison le gaillard Xavier, ça va très vite ! Bon, c'est sur que la coupure pour cause de direct extérieur avec le Kinépolis à l'occasion de la venue de Michael Youn (qui ça ?) n'a pas arrangé les choses. Mine de rien, au final il reste cinq bonnes minutes à parler de l'album et de la manière dont il a été fait. Je crois me souvenir que le conducteur prévoyait quatre minutes

Par contre, ce qui est quand même classe c'est que je me retrouve dans la même rubrique que Zep ! C'est le prénom qui veut ça certainement !